ÉTUDE AUPRÈS DES 11-25 ANS EN CORRÈZE

-PRATIQUES ET ASPIRATIONS –

Postulats

Notre démarche d’enquête relève de la recherche-action. Elle part notamment du postulat que tous les individus ont une capacité à penser leur quotidien et les phénomènes sociaux qui les touchent, à se réapproprier des connaissances et à en produire, à porter une parole publique et critique, quand bien même ils n’appartiennent pas aux instances légitimes et expertes de la production de savoirs (Universités, bureau d’études, etc).

Loin des stéréotypes incombant à la jeunesse, nous pensons qu’il n’y a pas un âge plus mûr ou plus légitime pour analyser ses propres pratiques, expériences et penser des questions sociales et politiques.

Nous partons donc de l’hypothèse que les “jeunes” (cette génération, ce groupe d’âge), ont une expérience vécue de cette société et sont déjà disposé.e.s à développer une réflexion riche sur leurs pratiques, à dessiner le paysage institutionnel qui les encadre, à en élaborer une critique, et peut-être à en vouloir un changement. Le vécu et le ressenti, à 15 comme à 45 ans sont des indicateurs essentiels qui permettent de comprendre l’état du monde avec finesse et complexité. Notre proposition d’enquête s’inscrit donc d’abord dans une démarche d’écoute et de compréhension des réalités sociales vécues par cette génération notamment dans ses interactions avec les institutions de la jeunesse.

Si des décisions en matière de politiques publiques doivent être prises par la suite, elles se penseront de manière collective entre les acteur-trices impliqué.e.s sur le terrain, lors de discussions communes autour des matériaux récoltés et partagés au préalable. La capacité à être en recherche sur les questions de “jeunesse” ne doit pas être réservée à des experts extérieurs mais partagée par les personnes engagées dans l’action. Les conséquences opérationnelles, le plan d’action, l’élaboration des politiques publiques et les stratégies associatives seront donc discutés collectivement, et nous proposons d’en faciliter le débat, mais nous ne pouvons pas prendre la responsabilité de leur conception depuis l’extérieur, ce serait contraire à la démarche de recherche-action.

 

Moyens et outils choisis

  • Entretiens de type « récit de vie », « parcours d’expérience ». Cet entretien non directif permet à la personne entretenue d’élaborer une cohérence dans son parcours (chronologique ou non). C’est donc autant un outil pour faire émerger des matériaux d’enquête, qu’un espace d’expression et de construction d’une parole

  • Enregistrement audio (si le contexte s’y prête et que ça ne gène pas la libre expression de la personne) et retranscription dactylographiée sur le moment

  • Deux personnes à l’écoute se partageant prise de note, relances et questionnements.

  • Entretien écrit renvoyé par mail à la personne pour relecture et modifications au besoin.

  • Questionnaires complémentaires (Est-ce que les pratiques / attentes / aspirations / idéaux / critiques issus des entretiens sont partagés par d’autres jeunes et se confirment?)

  • Entretiens de groupe (créer ou participer à une situation d’échange collectif dans laquelle la parole s’exprime autrement qu’en entretien individuel)

 

Contenus potentiels à aborder dans les entretiens individuels

  • contextualisation (parcours social, scolaire, familial, territorial…)

  • pratiques (en dehors de l’école : espaces fréquentés, utilisation du temps, sociabilité, pratiques culturelles, sportives)

  • attentes et besoins (en terme d’espaces, infrastructures, services, temps, écoute, participation, nouvelles pratiques…)

  • aspirations (désirs pour maintenant et pour plus tard, dans le quotidien, à l’école et dans les institutions ou dispositifs avec lesquels ils interagissent, dans leur environnement, leur localité, etc.) 

  • idéaux (comment voient-ils le monde, société, collectif dans l’idéal?)

  • critiques (quelles sont les limites, problématiques, contraintes que les 11-125 ans rencontrent dans leurs rapports aux institutions et dispositifs qui les concernent, qu’est-ce qui empêche la réalisation de leurs idéaux ? S’ils ne participent pas aux sollicitations institutionnelles existantes, pourquoi ?)

 

MONOGRAPHIES AUPRES DES ACTRICES-TEURS DE TERRAIN

 

Moyens et outils choisis

  • Entretiens monographiques (une monographie est une recherche sur un sujet précis, en l’occurrence les problématiques de l’accueil de la jeunesse. La technique d’entretien est la même que pour le récit de vie, mais nous n’aborderons pas l’ensemble du parcours, simplement les éléments de contexte nécessaires à la compréhension du thème monographique)

  • Analyse institutionnelle

  • Sociologie du travail et des organisations, etc.

Contenus potentiels à aborder dans les entretiens individuels

  • représentations, perception de la jeunesse

  • problématiques jeunesses propres au territoire

  • désirs de transformation (orientations générales, valeurs, mais aussi quotidien de l’activité)

  • obstacles à l’activité, besoins…

 

CONCLUSION DE L’ENQUETE

Rencontres réflexives autour des matériaux récoltés dont la forme sera décidée chemin-faisant (automne 2021)

Cette enquête est financée par la SDJES 19 et la CAF 19.